faurever yours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Messages : 43
Date d'inscription : 21/06/2012


MessageSujet: faurever yours   Lun 16 Juil - 2:20

A force de thérapies et de travail acharné, je crois que je finis par aller mieux. La souffrance au service de l’art, une écriture plus mature et des personnages trop réels, voilà ce qui me vaut la consécration professionnelle à défaut de profiter d’un épanouissement personnel idéal. Je suis devenu ce tyran accroc aux détails et continuellement insatisfait redouté mais admiré par ses collaborateurs. L’année a été longue, comme toutes celles passées sans ma source d’inspiration. Andrea et moi il avait fallu que ca casse, une fracture qui mettrait des années à guérir et qui continue de me tuer chaque jour. Le psy pense qu’il y a une vie après Andrea Leroy Duchesne, je pense tragiquement qu’il se voile la face. L’alchimie entre deux personnes, c’est comme une équation scientifique, à la fois complexe et précise, il était tout ce dont j’avais besoin. Retour à Paris, un projet sous le bras, je n’ai plus le temps de m’apitoyer sur mon sort. Premier long métrage, plus grand projet de mon histoire. Je me dirige vers les tapis roulants pour saisir ma valise. Je suis cependant interrompu par la voix surprise de Grace qui gambade dans ma direction en souriant. « Papa! » Rayonnante je constate qu’elle n’a pas changé. J’embrasse son front et relève les yeux anxieux à l’idée de croiser Andrea sans y être préparé. « Bonjour », Je reconnais cette voix sans difficulté, plus facilement que celle qui s’adresse à moi ensuite. « Vous devez être Tristan ? » Je les avise tous les deux en haussant simplement les épaules, ma relation avec Grace devrait plutôt bien le renseigner. Andrea reprend la parole.« Tu rentres toi aussi où tu pars ? » J’ouvre la bouche pour répondre mais Grace m’interrompt. « Il rentre et ce soir nous allons tous les trois au cinéma, toutes les filles de ma classe fantasment sur cet acteur actuellement à l’affiche et je passe pour une idiote de n’avoir même pas eu le temps de voir le film. » Elle m’adresse un clin d’œil et je prends une inspiration pour croiser le regard d’Andrea. « Il faudrait que je te parle de toute façon. » Je souris tout de même anxieux.

« On a rendez vous ce soir chéri tu n’as pas oublié ? » Évidemment ce type ne peut pas me laisser ma famille pour une soirée c’est trop demandé à lui qui porte sa promesse d’amour éternel autour du doigt. « Décale le, on ira demain ». Mon regard croise une nouvelle fois celui d’Andrea, dont la vision est décidément intolérable pour mon cœur. « Qu’est-ce qu’il se passe… ? » Une voix de petite fille s’élève derrière nous avant que je n’ai le temps de me noyer dans les vagues de souvenirs résidant dans ses yeux. « Je suis Lucie, la sœur de Grace ». Elle me tend une main, tandis que Grace perd subitement son sourire. Je tente de me montrer agréable, après tout cette gamine n’y est pour rien. Grace elle se dégage des bras d’Andrea pour prendre impérieusement place à côté de moi. « Je repars avec toi, papa nous rejoindra ce soir à la maison, j’ai ma valise sur moi. » Andrea lui lance un regard triste que je ne préfère pas interpréter.  « N’oublie pas de me dire à quelle heure on se retrouve, et dans quel cinéma. Et sois sage ».  Je souris et tapote un peu son épaule avant de prendre sa valise. « Si il y a le moindre soucis d’emploi du temps, tu peux aussi m’appeler Andrea. » Je cherche en vain à nouer un contact, presque maladivement, mais l’idée est mauvaise sans doute, ce que j’ai à lui proposer encore plus tordu encore. Je prends une inspiration et tend une main à Andrea avant de songer à récupérer ma propre valise qui a du faire trois fois le tour de la pièce sur le tapis roulant. Andrea disparaît ensuite sans demander son reste.

Grace est excitée, commente avec intérêt une émission de variété, contestant le choix du jury d’une émission musicale et je crois revoir Andrea lorsqu’il critiquait les prestations de la chorale d’Oxford ou encore les résultats d’une élection présidentielle. Nous mangeons assez rapidement puis vient l’heure du cinéma. Mon ex mari nous rejoint sur place d’après ce que j’ai compris, Grace elle, rayonne. « C’est la première fois qu’on sort tout les trois depuis mon anniversaire. » note elle en saisissant le code de ma carte bancaire pour payer nos deux places avec fierté. « J’aimerai que ce soit plus souvent, je déteste y aller avec Lucie et ses amis. Ils sont tous complètement stupides et se moquent souvent de moi. Papa veut que je fasse un éffort, mais ces gens ne sont pas comme nous. Ils profitent de son argent. » Nous nous installons et Grace fait signe à Andrea de nous rejoindre dans le fond de la salle faiblement éclairé. Il s’installe de l’autre côté de Grace et l’embrasse pour lui dire bonjour. « Vous avez passé un bon après-midi ? » Grace affiche une moue malicieuse et jette sur le ton de la conversation. « On a parlé de toi, entre autres...c’était très intéressant d’ailleurs, n’est-ce pas papa ? » Elle m’adresse un clin d’œil et j’avise Andrea avec un regard inqualifiable. « Très. » La gêne atteint de haut sommets mais un sourire discret s’installe sur les lèvres d’Andrea. « De quoi tu voulais me parler, au fait ? »
Je hausse les épaules, les yeux fixés sur l’écran. « Je voulais te proposer un rôle dans mon prochain film. C’est censé être le film de ma vie et je... » Je prends une inspiration. « Tu as toujours été ma plus grande source d’inspiration. Je pourrais prendre quelqu’un d’autre, mais ce serait comme renoncer à la perfection qu’on recherche chez un chef d’œuvre. Et je n’arrive pas à me sortir ton visage de la tête. » Je prends un ton détaché comme pour dissimuler l’idée du double sens alloué à cette phrase. Grace secoue la tête et sourit, j’ai l’impression qu’elle voit clair dans mon esprit. « Tu veux que je joue mon propre rôle dans ton film sur nous ? » Je veux répondre, mais il me coupe sans même me laisser expliquer. « Je ne peux pas faire ça ». Je prends une inspiration et tente de défendre l’idée qu’il est normal qu’il refuse. « Andrea, je souhaite qu’on en discute sérieusement, tu n’as pas lu le scénario et j’aimerai que l’étudies avant de rendre ta décision, n’oublie pas que c’est une fiction. » Je suis sur la défense, m’enfonce un peu plus dans mon siège, laissant le silence s’installer tandis que le film commence. Lorsqu’il se termine, je ramasse le téléphone de Grace qui vient de tomber par terre. « Appelle moi quand vous êtes rentrés. » J’embrasse ses cheveux et quitte le cinéma dans un état difficile à définir. Je suis riche, j’ai l’avantage de pouvoir déranger ma psy quand bon me semble.


Dernière édition par Tristan W. Faure le Mar 17 Juil - 0:00, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 21/06/2012


MessageSujet: Re: faurever yours   Lun 16 Juil - 2:28

Retour de vacances, Grace file devant moi pour retrouver la borne où nous serons bientôt rendues nos valises. Je suis camouflé sous une paire de lunettes de soleil et porte une affreuse casquette, les deux objets tentant à eux seuls de me donner un peu d’anonymat. Adrien marche à ma droite, sa main effleurant la mienne de temps à autre sans jamais s’en emparer. Je soupire un peu, on pourrait rêver mieux comme vie de couple mais j’avais tellement peur d’être seul qu’il a fallu trouver une solution rapidement, ne serait-ce que pour Grace. Même si Adrien n’est pas son père et que Tristan le restera toujours, au moins n’a-t-elle pas grandi avec comme seule présence valable son bipolaire de père adoptif. Maigre consolation pour souvenirs encore douloureux, c’est moi qui attrape la main d’Adrien pour feindre la passion qui entre nous ne prend pas. Il me regarde, interloqué, je me contente de sourire en rejoignant ma fille à hauteur des tapis roulants qui vont incessamment nous envoyer nos valises.
Mais elle a visiblement déjà trouvé une source de compagnie, et ma main lâche brusquement celle d’Adrien tandis que nous arrivons à hauteur de mon ex mari. Je me crispe et serre les mains, mal à l’aise à l’idée qu’il recroise ma route à l’improviste, aujourd’hui, comme ça. Les souvenirs me reviennent par vagues et me serrent le cœur, pourtant il le faut, pour Grace, pour le courage et la normalité. Je m’avance et parcours les mètres qui me séparent des deux personnes les plus importantes de ma vie. « Bonjour », je lance d’une voix timide quoi que pas vraiment tremblante. Adrien tousse en comprenant à qui il a à faire. « Vous devez être Tristan ? » il lance, acerbe, en tendant sa main sans se présenter. Je fixe mon ex mari sans parvenir à détacher mon regard de lui et inspire en attirant Grace contre moi. « Tu rentres toi aussi où tu pars ? » je demande sans savoir ce que je suis censé dire d’autre. Mais Grace prend les choses en main pour répondre avant même que son père n’ouvre la bouche. « Il rentre et ce soir nous allons tous les trois au cinéma, toutes les filles de ma classe fantasment sur cet acteur actuellement à l’affiche et je passe pour une idiote de n’avoir même pas eu le temps de voir le film. » Adrien tousse dans mon dos et je jette un regard désapprobateur à Grace qui n’aime pas l’homme qui partage ma vie et prend donc un malin plaisir à l’exclure dès qu’elle le peut. J’avise Tristan qui pour sa part semble assez partant pour la chose : « Il faudrait que je te parle de toute façon. » Mon cœur accélère sa course dans ma poitrine tandis que je le fixe, l’interrogeant du regard. J’ai désespérément envie de le toucher, mais ça n’est pas possible. Plus possible. Adrien tire ma manche et secoue la tête. « On a rendez vous ce soir chéri tu n’as pas oublié ? » Je ferme les yeux et secoue un peu la tête. « Décale le, on ira demain ». Pour Grace, uniquement pour Grace. Je me tourne d’ailleurs vers elle avec l’air du papa à moitié contrarié. Adrien râle et s’avance vers le tapis pour récupérer nos sacs, je croise les bras et inspire, un peu chamboulé. « Qu’est-ce qu’il se passe… ? » lance une voix dans mon dos. Je me tourne vers Lucie qui a sans doute du marquer un arrêt dans les toilettes pour se remaquiller ou ailleurs pour donner son numéro de téléphone à un inconnu. Elle nous lance un sourire en biais et regarde son père qui récupère nos valises en roulant des yeux, puis avise Tristan auquel elle tend la main. « Je suis Lucie, la sœur de Grace ». Ces deux là ne perdent pas une occasion de s’engueuler et quelque chose me dit que ça n’est pas franchement terminé. Grace quitte mes bras et se colle à son père : « Je repars avec toi, papa nous rejoindra ce soir à la maison, j’ai ma valise sur moi. » Je fronce le nez et l’implore légèrement du regard, mais c’est un combat perdu d’avance. Je croise les bras et hausse une épaule. « N’oublie pas de me dire à quelle heure on se retrouve, et dans quel cinéma. Et sois sage ». Mes yeux remontent de ma fille à mon ex mari et mon cœur se serre de les imaginer partir tous les deux.Il prend l’épaule de sa fille et j’inspire, maladivement en manque du trio que nous aurions pu, du, former. « Si il y a le moindre soucis d’emploi du temps, tu peux aussi m’appeler Andrea. » J’acquiesce, lui me tends la main comme si nous allions partir tous les trois, comme si on rentrait ensemble de vacances. Je détourne les yeux et avise Adrien qui revient avec trois gros sacs, tandis que Tris lui, récupère son propre sac. « A ce soir », je lance à l’adresse des deux sans me retourner, disparaissant vers les taxis.

Je suis installé au volant de ma voiture, m’épargne bien volontiers la voiture avec chauffeur. J’inspire et enfile une écharpe, remontant la fermeture éclair de mon pull. C’est l’inconvénient notable de mon boulot actuel, ne plus être capable de faire un pas dans la rue sans être harcelé par les paparazzis, ou les fans. Je me rends discrètement devant le cinéma et paye ma place, les trouvant finalement dans le fond de la salle où Grace, en grande conversation avec son père, me fait de grands signes. Je les rejoins rapidement et m’installe à côté de ma fille, que j’embrasse aussitôt. « Vous avez passé un bon après-midi ? » je demande, tentant de masquer mon anxiété sous des questions bateau. Grace prend bien rapidement la parole pour répondre : « On a parlé de toi, entre autres...c’était très intéressant d’ailleurs, n’est-ce pas papa ? » Elle se tourne vers son père et je m’apprête à lui lancer un regard réprobateur, mais je rencontre le regard de Tris d’abord. Je me fige un peu et le fixe, arrêtant même de cligner des yeux, presque hypnotisé. « Très. » Un sourire effleure mes lèvres et je me détends légèrement. « De quoi tu voulais me parler, au fait ? »

Les yeux rivés sur l’écran, il marque une pause avant de se risquer à répondre. « Je voulais te proposer un rôle dans mon prochain film. C’est censé être le film de ma vie et je... » Il inspire et je l’imite, comme voyant venir quelque chose. « Tu as toujours été ma plus grande source d’inspiration. Je pourrais prendre quelqu’un d’autre, mais ce serait comme renoncer à la perfection qu’on recherche chez un chef d’œuvre. Et je n’arrive pas à me sortir ton visage de la tête. » Je plisse les yeux et secoue la tête sans comprendre, raison qui me pousse sans doute à expliciter la chose : « Tu veux que je joue mon propre rôle dans ton film sur nous ? » Ma respiration se saccade légèrement et je tremble un peu. « Je ne peux pas faire ça ». Je croise les bras et secoue la tête, mais mon cœur cogne contre ma poitrine. « Andrea, je souhaite qu’on en discute sérieusement, tu n’as pas lu le scénario et j’aimerai que l’étudies avant de rendre ta décision, n’oublie pas que c’est une fiction. » Il est sur la défensive et mon cœur se serre. Le film démarre, clôturant de toute façon la conversation. Quand il se termine, Tris ramasse le portable de Grace échoué par terre et ne s’adresse qu’à elle. « Appelle moi quand vous êtes rentrés. » Mon cœur me fait atrocement mal tandis que je le regarde s’éloigner à pas rapides. Je laisse filer quelques secondes puis me redresse en avisant ma fille. « Allez viens, on rentre ».


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1
 

faurever yours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
andrestanftw :: Nord de Paris
-